Adieu Bernard ...Monsieur Sensito

13 Février 2015, 15:59  -  #Actualités 2015

C’est avec beaucoup de tristesse que j’apprends le décès de Bernard.

1964 Ecole de Vaugirard-bdefNous avons en effet beaucoup travaillé ensemble avec bonheur à de nombreuses occasions.

J’aurais l’occasion d’en reparler plus longuement dans le cadre mon travail rétrospectif en cours pour le blog sur Polaroid.

Dans ses articles sur nos produits en particulier les bancs d’essais sensito de nos  films, il se demandait souvent, soutenu par un” Menu gourmet bien arrosé” remontant à sa coopération à Photologie avec Chenz,  ce qu’allait bien pouvoir inventer encore ces “Sorciers de Cambridge” qui poussaient toujours plus “l’argentique” dans ses derniers retranchements.

Il nous fallait lire ensemble les communiqués de presse entre les lignes et parfois interroger Cambridge à sa demande pour plus de précisions.

Au delà de l’Ecole dont il aura contribué largement au rayonnement sur plus de 30 ans, Bernard Leblanc aura marqué par sa rigueur et sa connaissance encyclopédique plusieurs générations d’intervenants en photographie à des titres divers. Je peux en témoigner.

Au Pays de Nicéphore Niepce, Louis Daguerre, des Frères Lumière et tant d’autres que je ne peux citer ici, c’est une grande page d’histoire vivante de la photographie technique qui se tourne.

Denis Carel

Leblanc Bernard-bdef

Septembre 1962, dans la Glacière, Bernard Leblanc était le Président de notre bithutage, le dernier de l'ENLL...

( La photo est sans doute d'Edouard Legros.)

 

Leblanc Petiot -bdef

Bernard chirurgien, le patient Gérard Petiot. Photo X / promo 61-63

 

interrogatoire-bdef

Bernard policier, clope au bec comme d'hab. Photo X/ promo 61-63

 

Laulhé-bdef

"Le 24*36 cela me donne de l'urticaire" ,

phrase que Bernard prononçait dès qu'il voyait un petit format. Sur la photo notre ami Gérard alias  "Bayonne". Photo X archives promo 62-64.

 

charte-bdef

La charte Vaugirard des années 60, le sujet favori de Bernard.

 

lasensitoCliquer sur l'image pour lire l'excellent interview d'Aurore Deligny 

Jacques ANDRE 03/08/2015 14:15

Hasard de recherche "à temps perdu". Sympa ce blog ! sur les photos, "l'interrogé" est Daniel DENIS.
Je vis depuis 40 ans dans une ferme en Seine et Marne et tous les anciens de la promo 61-63 sont les bienvenus. il suffit de me téléphoner: 06 78 02 25 17 et on partagera une bonne bouteille autour de mes chevaux...

Philippe Pons 03/08/2015 15:48

merci Jacques pour ta visite commentée.
Si tu possèdes encore des photos de l'école datant de ton passage, tu peux les partager sur ce blog.
A+
Ph P

Jacques Masse 14/02/2015 17:41


J'ai beaucoup moins bien connu Bernard que vous, mais je ne manquais jamais de lire sa chronique dans "Le Photographe" y compris la savoureuse rubrique des conditions opératoires intitulée "moral
des troupes".


Bernard, tu faisais également partie de ma culture photographique. Je suis certain qu'au paradis des photographes, tu vas encore trouver de belles expérimentations à faire, pour nous les
présenter le jour ou nous te rejoindrons ...

Christian 13/02/2015 23:30


Oui, comme tu le dis Gérard, c'est une page de notre jeunesse qui se tourne et c'est avec beaucoup d'émotion que je viens de prendre connaissance de ton message Denis, merci à toi pour cet
hommage que tu rends à Bernard, notre maître es sensito.

Gérard Petiot 13/02/2015 18:07


Merci Denis pour ce faire part si bien présenté. Bernard fût major de la promotion dans laquelle j'ai accompli ma première année à Vaugirard. Il promettait déjà beaucoup. Il inspirait le respect
à toute la promotion. Pour la petite histoire, la camarade qui assistait le chirurgien dans la mise en scène ci-dessus était Michelle Penven. J'ai oublié qui était le second assistant derrière
Bernard, désolé. Peut-être que Pierre Poppé le sait. La mention Photo X est due au fait que c'était un travail d'équipe en studio. Je me souviens qu'on transpirait sous la chaleur des spots à
incandescence dont les réglages étaient laborieux. Le choix du pseudo patient par l'ensemble du groupe de prise de vue est un clin d'oeil dû au fait que je sortais réellement d'une intervention
chirurgicale... Voilà donc une page de notre vie de photographes qui se tourne et la charge émotionnelle est énorme. Adieu Bernard. GP.