Treizième épisode: JAMBO BWANA; KARIBUNI KENYA (*1)

17 Février 2011, 11:14  -  #VU d'ailleurs

Histoire d'une expatriation

par Gérard Petiot

Bonnes nouvelles:
- J’ai retrouvé dans les affaires de mon défunt papa le roman Azizah de Niamkoko, et par conséquent le nom de l’auteur, Henri Crouzat ; Presses de la Cité Copyright 1959.
Avertissement aux adeptes du « politiquement correct » : cet ouvrage vous est déconseillé.
Mais les autres ont le droit et le devoir d’écrire leur vision du monde tel qu’il s’est présenté à eux à une certaine époque sur le terrain.
- L'avion du Blanc  a été trouvé par Dany.
________________________________________________________________________________

Ainsi après un long silence radio qui aurait dû se terminer début décembre 2010 mais a fait l’objet de quelques prolongations je reprend en main le calame et une tablette d’argile toute fraîche.
Où en étions nous ?

Treizième épisode: JAMBO BWANA; KARIBUNI KENYA (*1)

Voilà, début décembre 1985, Min est partie la première pour prendre son poste à l’université de Nairobi, avec un bagage avion réglementaire de 20 Kg, pendant que je restais avec Julien à Abidjan pour finir de remplir quelques caisses et cantines que j’enverrais par fret bateau et que l’on a reçues quelques mois plus tard pas trop déglinguées. De toutes façons, j’avais pris une assurance et fourni un inventaire détaillé des contenus. Une expérience faite à Abidjan m’avait permis d’être remboursé  du contenu d’une caisse arrivée ouverte et vidée d’une partie de son contenu. Il faut toujours émettre des réserves par écrit à réception d’un colis arrivant en mauvais état, ne pas y toucher et en faire l’inventaire en présence de l’assureur. Sinon on l’a dans le dos.
Quand nous avons quitté la maison et le restaurant Julien et moi, après avoir vendu à petit prix le mobilier, le matériel de cuisine et la vaisselle ça m’a méchamment serré le kiki. C’était peu de temps avant Noël. J’avais 43 ans et Julien 5 ans.
Ma fille Gwendolen était déjà en France dans ma famille pour continuer ses études.

Après quelques heures sur un vol pas cher AIR PEUT-ÊTRE d’un pays de la corne de l’Afrique, et avoir goûté à bord au vin local imbuvable de ce très beau et très pauvre pays pour tenter d’oublier ma peine, nous avons débarqué à Nairobi, le père et le fils. 
Min nous attendait, non plus à l’aviation comme à Abidjan, mais « at the airport », parce qu’on allait dès cet instant subir la langue anglaise. Pas Min qui étant Malaisienne pratiquait l’anglais ; Julien l’apprendrait, à cinq ans c’est facile ; et pour moi, tout simplement je n’avais jamais pratiqué cette langue laborieusement étudiée à l’école pendant sept ans. Vous voyez ce que je veux dire, anciens de Vaugirard qui me lisez. Je savais tout juste demander l'heure, mais je ne comprenais pas un mot si on me parlais en vrai anglais.
Nous attendait aussi à la descente d’avion une surprise très agréable : le climat des hauts plateaux de la vallée du Rift  (Voyez Internet). Nairobi est situé à environ 150 Km au sud de l’équateur mais son altitude entre 1600 m et 1850 m au-dessus du niveau de la mer lui confère un climat exceptionnellement tempéré. 
Voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Nairobi


Venant de la moiteur d’Abidjan, quelle bouffée d’air frais ! Juste comme ça en débarquant, un bon point.
Là, je fais une pose pour m’insurger contre le correcteur orthographique et syntaxique de mon traitement de texte : il me fait remarquer que « bouffée » écrit ci-dessus est une expression familière et que ce terme peut être remplacé par une forme de « manger, déjeuner ou dîner ». Non mais de quoi je me mêle ? -


Autre bon point, en comparant naturellement avec Abidjan : Le hall d’arrivée de l’aéroport Jomo Kenyatta n’était pas envahi par une horde de voleurs de valises et autres coupeurs de bourses agressifs, hurleurs et arrogants. À Nairobi, on arrive avec son charriot à bagages devant une barrière métallique derrière laquelle se tiennent convenablement des guides envoyés par les hôtels et les agences de voyage, des chauffeurs de taxi ou de minibus, et chacun brandi gentiment un panonceau portant le nom des passagers attendus ou des groupes de touristes ; les familles des résidents, bien sûr sont là aussi à faire de grands signes de la main (waving) ; et discrets mais bien présents des agents de sécurité.
Nous prenons un taxi et chemin faisant, Min m’apprend qu’on ne lui a pas encore attribué le logement prévu dans le contrat. Il s’agit de logements appartenant à l’université et réservés au staff.
Nous nous dirigeons donc vers un hôtel du quartier de Westlands, pas trop éloigné de l’université où Min va travailler. Disons un kilomètre. Elle y va à pieds (pas très recommandé aux étrangers) puisque nous n’avons pas de voiture pour le moment et l’université ne fourni pas de véhicule de service même temporairement à un professeur qui débarque de l’étranger. On n’est plus à l’ORSTOM ou à l’Université d’Abidjan où les nouveaux venus étaient accueillis avec un minimum d’hospitalité à une certaine époque.
Et il est hors de question que Min voyage dans les « matatus » qui sont des trucs de fou.

MATATU

taxi-brousse2

 Taxi-Brousse à étage

Transport exotique1

 

Ces véhicules, des minibus de 8 places sont pourris, les chauffeurs des écervelés dangereux qui mâchouillent de drôles d’herbes et boivent de la bière tiède et roulent parfois sans permis de conduire ni assurance, les passagers sont pressés comme des sardines, une bonne douzaine avec bagages, voire debout sur les marchepieds de la porte coulissante ouverte.
Nous débarquons donc à l’Hôtel Jacaranda. Pas à se plaindre puisque ce sera payé par l’employeur  de Min le temps d’obtenir un logement (qui lui sera à nos dépens, cela va de soi). L’hôtel est agréable, bien tenu, avec jardin et piscine.
Je signale au passage que la qualité de l’hébergement au Kenya est de haut niveau, même et surtout en brousse, à proximité des réserves de faune et parcs nationaux.
Par contre pour la restauration, on va souffrir. Le colonisateur anglais a laissé au Kenya des traces indélébiles. Faudra faire avec et je vous en relaterai parfois un peu sur le sujet. En tout cas, le Jacaranda Hôtel qui était confortable et fort bien tenu question logement s’est avéré une punition aux heures des repas. Et les gargotes des environs ne lui faisaient pas beaucoup d’ombre. Cela s’est un peu amélioré depuis (vingt ans après) mais à quel prix ! Je veux dire que dîner en ville à Nairobi, c’est cher et médiocre ou alors bon et très cher.
Ainsi, nous avons vécu pas moins de deux mois dans cet hôtel en attendant un logement, l’administration prenant son temps, ou bien attendant un départ ou un décès, je ne sais pas.
Pour Min qui avait son boulot, ça allait, elle partait travailler le matin et revenait le soir. Pas le temps de s’ennuyer. Julien et moi par contre sommes restés coincés à l’hôtel. L’administration nous payait une chambre petite et très modeste. Comme la saison était douce nous passions la plupart du temps au bord de la piscine, Julien à patauger et jouer et moi à écrire des cartes postales ou à lire. On ne pouvait pas inscrire Julien à l’école française qui était très éloignée et inaccessible sans voiture. Et moi, je n’avais pas de boulot, j’étais entré avec un visa touristique de trois mois à faire changer en visa de longue durée pour regroupement familial. On y reviendra. En un mot les journées étaient très longues. La ville de Nairobi étant de si peu d’intérêt et le quartier de Westlands encore moins, que je n’ai même pas le cœur d’essayer de vous les décrire.
Les étrangers qui visitent le Kenya viennent pour découvrir le pays qui est splendide et d’une grande variété géographique et faunistique, mais pas les villes qui à cette époque étaient vraiment très moches et pas structurées pour la promenade à pieds. Le touriste ne fait qu’y passer une nuit en arrivant, départ en brousse tôt le lendemain matin, et parfois pour le retour il prend un avion du soir après un dernier dîner à Nairobi en rentrant de safari(*2).
L’urbanisation des centres ville datant de l’époque coloniale était resté en l’état après l’indépendance et sans entretient. Par contre les quartiers résidentiels périphériques étaient plutôt agréablement dessinés, les maisons souvent des petits cottages en pierre avec une cheminée et des fenêtres à petits carreaux, nichés dans de grands jardins bien arborés. Cela nous avait été décrit à Abidjan par un ami anglais (copain radio-amateur), qui nous avait prêté une carte de la ville de Nairobi.
C’était tout le contraire d’Abidjan, avec ses grandes villas aux larges portes fenêtres sur terrasses et entourées de petits jardins.

A ce propos, je retourne en Côte d’Ivoire le temps d’un « flash back » :
Pendant la préparation de notre départ d’Abidjan j’avais longuement étudié la carte de Nairobi. J’avais d’abord repéré le campus où Min travaillerait, puis cherché les quartiers habités les plus proches de ce campus. J’ai trouvé que le terrain de l’université était sur un côté limité par une petite rivière et qu’au flan du versant opposé une rue nommée Arboretum Drive desservait de grands terrains qui descendaient eux aussi jusqu’à la rivière ; les maisons étaient construites dans le haut des terrains, au bord de la rue évidemment. D’après l’échelle les terrains mesuraient 200m de long sur 50m de large, soit un hectare !
En prenant des renseignements sur la faune, je découvris que cette rivière et bien d’autres dans la région pourraient bien héberger des écrevisses de Louisiane « Procambarus clarkii ». Dans la foulée, j’avais aussi découvert que certaines rivières descendant du mont Kenya et des monts Aberdares étaient peuplées de truites fario grâce à un anglais qui les avait introduites en 1901... une excellente initiative.
Quant à l’Arboretum, lieu de promenade privilégié à un kilomètre du centre ville, il se trouvait de l’autre côté de cette rue Arboretum Drive. 

  • viewer
    Et le rêveur que je suis a montré la carte à Min en lui disant:
    « Ce serait bien si on trouvait une maison dans ce quartier, ce serait tout près de ton travail, puisqu’un peu plus loin au bout d’Arboretum Drive il y a un pont qui traverse la rivière ».
    Min m’a rétorqué :
    « Tu ferais mieux de préparer les caisses au lieu de faire des châteaux en Espagne on verra ça quand nous serons sur place, de toute façon, c’est l’université qui nous proposera une maison ou un appartement, alors on n’aura pas le choix ».


Fin du flash back et retour à la réalité, fin décembre 1998 à Westlands, Hôtel Jacaranda.Je vous y retrouverai dans le prochain épisode qui commence par notre premier Noël au Kenya.


Et là je vous entends d’ici, disant, citant ma prose sans vous émerveiller : - « Il ne s’est pas passé grand chose, sa muse l’aurait-elle abandonnée ? » « Et les photos, ça vient ? »
Vous êtes marrants vous, je viens à peine de descendre d’avion et déjà vous voudriez que le ciel me tombe sur la tête. Merci bien, mais moi, je vous raconte ma vraie vie d’expatrié, sans enjolivures, je n’ai aucune imagination. C’est ma vie un peu nomade ma muse. Bon, alors vous resterez bien un peu en ma compagnie malgré tout, juste pour voir ? D’accord, alors à bientôt.

 

NDLA.

(*1) Jambo Bwana en langage Swahili signifie tout simplement Bonjour monsieur. Karibuni Kenya signifie Bienvenue au Kenya (Bonne arrivée patron en Côte d’Ivoire).

 

- (*2) Safari en langage Swahili signifie tout simplement voyage.
Le langage journalistico-touristique en a changé le sens avec parfois une connotation péjorative évoquant les coûteuses et monstrueuses chasses aux grands mammifères de l’époque coloniale.
Donc quand j’utiliserai le mot safari, cela voudra simplement évoquer un voyage.
Maintenant, on utilise aussi beaucoup l’expression « safari photographique » dans le sens « chasse photographique » dont l’impact écologique est quand même moins meurtrier et montre la faune bien vivante et non plus en tas de viande avec un superman juché dessus et brandissant fièrement son flingue.

Pour votre documentation voici quelques bonnes pioches dans Internet...

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/pays_12191/kenya_12271/index.html

 

http://www.karibuniafrique.org/index.php?option=com_content&view=article&id=265&Itemid=57

L’histoire du Kenya, écrite par Christian Caldara, un vieux pote à moi, cuisinier restaurateur, cultivé, homme de goût, arrivé en même temps que nous à Nairobi en 1985.

 

A bientôt dans le prochain épisode: JOYEUX NOEL !


Petit jeu pour les lecteurs : Dans les quatre photos de véhicules que j'ai insérées, il y a une erreur flagrante, que j'ai commise par inadvertance. Qui peut me dire laquelle ?

Gérard Petiot 18/02/2011 16:45



Salut Guy, merci de ton intérêt pour notre blog. Effectivement les photos de taxi brousse sont d'Afrique de l'Ouest, peut-être de RCI mais elles ne sont pas de moi. Je les ai reçues dans la masse
de ce qu'on reçois dans Internet.


Comment as-tu trouvé notre blog d'anciens condisciples de l'ENPC ? Je veux dire par quel biais ? 


Envoie moi ton portrait de cette époque et un plus récent, pour me rafraîchir la mémoire. 






clic-clac@vaugirard-photosoixantequatre.com


Merci, à bientôt. Gérard



Guy Mercadier 18/02/2011 13:38



Salut Gérard,


Je suis avec beaucoup d’intérêt ton blog depuiiiis……..fatigué, je pense que la réponse à la question posée sur les photos du treizième épisode est que les véhicules roulent à droite alors que le
Kenya roule à gauche( inversion de la photo), d’autre part la légende de la deuxième photo « s’en fout la mort » est plus Ivoirienne que Kényane.


Bravo, merci nous attendons la suite.


Un ancien du KM 17 


Guy Mercadier


Laboratoire d’entomologie