Le cadran de Ste Enimie

16 Novembre 2009, 18:46  -  #Gnomonique


Il est vraisemblablement récent, peint par ou pour le propriétaire d’un artisan bijoutier. La position de son style indique que la « table » est exposée plein sud ou sud sud-ouest (légèrement occidental). C'est un des rare cadrans solaires qui donne des correspondances horaires avec d'autre lieux de la planète terre (Moscou, Istambul et on devine Rio de Janeiro et New-York).


 

Comment déterminer que le cadran est déclinant du matin (oriental) ou déclinant de l’après-midi (occidental)? Sur la table du cadran la ligne de midi (12) est toujours verticale. Si le style ou gnomon est orienté à gauche de cette ligne : le cadran est oriental, à l’inverse, s’il est incliné à droite : le cadran est occidental et s’il est incliné à la verticale le cadran est méridional. C’est aussi simple que cela et c’est valable pour tous les cadrans verticaux, peints ou gravés.

Ce type de cadran peut donc, également, servir de boussole (approximative).

                
Le village de Sainte-Enimie (autrefois Burlatis) qui compte un peu plus de 500 âmes est situé dans les gorges du Tarn. Il est classé parmi les plus beaux villages de France.

 

Mais qui était cette Sainte-Enimie ? Sa légende mérite d'être contée :

                Saint-Enimie fut un haut lieu religieux et possède sa légende. Cette petite ville, située au fond des gorges du Tarn, doit son nom à une princesse mérovingienne : «Enimie» . Elle était la fille de Clotaire II et la sœur du bon roi Dagobert. Dès sa plus tendre enfance, elle voulut consacrer sa vie à la religion. Cependant, son père s'y opposait car il voulait la marier. Elle pria et en appela à Dieu, qui la sauva en lui envoyant la lèpre. Ainsi, elle pouvait se consacrer totalement à sa foi. Guidée par un ange, elle quitta sa famille et arriva au terme d'un long voyage, au cœur du défilé du Tarn. Son désir d'engagement définitif était néanmoins fragile car elle souhaita guérir. L'eau de la fontaine de Burle, qui court au pied du Causse Sauveterre, à l'ombre d'un petit bois de chênes, la libéra des traces de son mal. Mais dès qu'elle quitta la vallée, son mal réapparut. À deux reprises, ce phénomène se reproduisit. Comprenant que Dieu l'appelait en ce lieu, Enimie se fixa dans une grotte, qui aujourd'hui est devenue une chapelle. Elle fonda un monastère qui subsista jusqu'à la révolution et autour duquel se développa le village portant le nom de : Sainte-Enimie.
Christian Moreau


Lire ou imprimer cet aricle en format .pdf                                                                      



Petit complément:

 En 1804, Marie Barthélémy Pons en 1776 à épousé à Ste Enimie, 
Marie Bergeron le 28 Brumaire An IV.
Il est né 4 générations avant celle de mon père.
Marie Barthélémy était Gendarme.

Mon père a retrouvé des documents sur nos ancêtres branche Pons depuis 1620.

Philippe

Photos réalisées en 2008.


Guy 27/01/2010 12:19



C'est bien de voir les vieilles pierres. Elles ont une sorte d'âme.
Cela manque en Australie tout est neuf excepté les crocs et les Kangourous...
Continue à photographier et raconter de belles histoires du moyen âge.


C’est passionnant.
See you later from Australia.
Guy