Epiphytes

par Gérard Petiot  -  25 Juillet 2012, 09:53  -  #Découvertes

ORCHIDÉES EPIPHYTES

Par Gérard Petiot

 

"C'est quoi même ?" Aurait dit Kouamé...

"Pourrais-tu écrire à ce sujet quelques mots dans le blog ?" M'a demandé Philou...

Pour commencer, je vous invite à faire un petit tour dans Wikipedia (chercher épiphytes)  qui explique fort bien la chose puisque rédigé par d'éminents botanistes.

Copie partielle de ce lien :

 Les épiphytes,  du grec έπί «sur», φυτόν «végétal»; littéralement «à la surface d'un végétal») sont des plantes qui poussent en se servant d'autres plantes comme support. Il ne s'agit pas de  plantes parasites car elles ne prélèvent pas de nourriture de leur hôte. Les épiphytes sont des organismes capables d'absorber l'humidité de l'air et trouvent les sels minéraux, partiellement dans l'humus  qui peut se former à la base des branches, et pour une autre partie dans les particules et gaz, absorbés ou solubilisés dans l'eau de la pluie et des rosées. Ce type de plantes est particulièrement bien représenté chez les ptéridophytes, les orchidées, les broméliacées, les aracées, les pipéracées et autres bégoniacées. On les rencontre surtout dans la zone inter-tropicale, et plus particulièrement dans les forêts ombrophiles. Certains arbres, à l'écorce lisse ou phytotoxique, ou se desquamant régulièrement, sont exempts ou presque dépourvus d'épiphytes.

En zone tempérée, la présence et la diversité de lichens  épiphytes sont considérées comme des bio-indicateursde la qualité de l'air et de l'environnement.

 

  

J'ai réalisé spécialement pour vous des photographies qui me semblent plus didactiques que celles vues dans Internet. 

 Je m'en tiendrai à la famille des Orchidées, les autres plantes épiphytes n'étant pas mon truc.

En effet, Epiphyte n'est pas une classe ou un genre ou une famille de plante, c'est un mode de vie adapté à la zone intertropicale ou le degré d'humidité de l'air est généralement très élevé.

Et si vous avez lu avec attention, il est bien spécifié que les épiphytes NE SONT PAS DES PARASITES. Mettez vous bien ça dans le crâne. Intero écrite dans la Glacière à la rentrée.  

Leur façon de vivre accrochées sur des branches ou des troncs d'arbres en vivant de l'air du temps avec leurs racines aériennes à inspiré Monsieur Marcel Lecoufle dans un de ses nombreux livres où il les appelle "les filles de l'air". ( à l'occasion, visitez ses serres à Boissy-Saint-Léger, 94 )

Mais allons voir ça à Singapour, en plein air toute l'année.

Vandas dans arbre DSCN4046

Vandas accrochées dans les arbres du "Orchids Garden" de Singapour. © Gérard Petiot


Vandas dans arbre DSCN4045

Vandas accrochées dans les arbres du "Orchids Garden" de Singapour. © Gérard Petiot


Racines de Vanda DSCN4042

Les racines pendantes de Vandas peuvent devenir très longues. © Gérard Petiot 

Attention toutes les orchidées ne sont pas épiphytes, il y a des orchidées terrestres, enracinées dans le sol (surtout sous climat tempéré) et même certaines lithophytes, fixées sur des roches garnies d'humus et de mousses.

Comment peut vivre une plante sans sol ?

D'abord, quand la plante est jeune, les racines adhèrent à l'écorce d'une branche ou d'un tronc pour ancrer solidement la plante qui peut-être deviendra très lourde. Ensuite, les racines se développant peuvent pour certains genres pendre dans le vide. C'est la morphologie particulière des racines qui sera la clé de la survie de la plante. Mais les feuilles aussi absorbent les sels éléments nutritifs dissous dans l'eau. On tire partie de ce fait en pulvérisant des engrais foliaires, qui contiennent en plus des éléments nutritifs un agent mouillant qui favorise la répartition de la solution sur les feuilles.

Les racines d'orchidées épiphytes sont constituées de deux parties : une âme centrale fibreuse et dure mais souple, enrobée d'une sorte de tissu éponge. Ça ressemble à un câble coaxial de radio. 

Racine de Vanda DSC 0187Racine de Vanda DSC 0189

Racine en coupe transversale. Le tronçon mouillé est vert, le tronçon sec est argenté en surface. En culture, cela permet de savoir si la plante a besoin d'eau ou pas. © Gérard Petiot - Micro Nikkor 60mm 1:2,8 D.

 

La partie externe absorbe l'eau de pluie ou de ruissellement, chargée de substances nutritives, sels minéraux, etc. Et le canal central transporte ces aliments vers la plante.

Vous connaissez maintenant le secret des orchidées épiphytes. Ce comportement conditionne les modalités de la mise en culture. Les racines on besoin d'être environnées d'une atmosphère humide, mais un excès d'arrosage sans ventilation est mortel à terme. Ces racines aiment à sécher un peu entre deux arrosages (ou deux pluies) afin de pouvoir profiter de l'oxygène de l'air. Il est donc impératif de ne jamais mettre de terre ou de compost compact dans un pot d'orchidée épiphyte. J'ai rencontré une dame retraitée à la Réunion qui était anciennement cultivatrice dans la Beauce. Elle n'arrivait pas à comprendre ça et bourrait ses pots d'orchidées avec de la terre... Le résultat était pitoyable. Je n'arrivais pas à lui faire comprendre que le climat de la Réunion était parfait pour ses épiphytes avec les racines à l'air libre et qu'elle ne cultivait plus des betteraves ou des endives.


Jeune Den. accrochée DSC 9914                     Racines épiphytes DSC 1107

      Ce jeune Dendrobium à gauche se   cramponne déjà bien fort à son petit   bout de branche, comme un nounours   sur un sac à dos....

 

 

 

 

 

Les orchidées épiphytes n'hésitent pas à faire des rejets sur une plante défaillante ou blessée afin d'assurer leur perennité. Ces jeunes pousses très vigoureuses sont appelées "Keiki". Au stade visible à droite ci-dessous, il est temps de couper le vieux pseudobulb porteur pour installer le keiki dans son propre pot ou sur un autre support. Mais il peut aussi continuer à se développer là où il se trouve et il fixera ses racines au premier contact venu avec un support. 

Keiki ( jeune rejet ) prêt à être séparé de la plante   Keikis roots DSC 1097

Il est évident que si on met de la terre au pied de ce keiki, il est mort d'avance, les racines pourriront rapidement. Ces jeunes racines sont extrêmement fragiles. La pointe vert-pâle assure le développement (l'allongement) de la racine; si elle est endommagée, la croissance de la racine s'arrête. L'opération d'empotage ou d'installation sur une écorce ou un autre support est donc très délicate. On ne "plante " pas une orchidée épiphyte, on l'installe... © Gérard Petiot - Micro Nikkor 60mm 1:2,8 D.

 

 

Merci de votre intérêt, chers amis lecteurs et lectrices, et merci à Philippe de m'avoir posé cette question. Et pour récompenser votre patience je vous offre maintenant quelques fleurs de ma collection... 

 

Laeliocattleya Rosy Jewel DSC 4667

      Laeliocattleya Rosy jewel. © Gérard Petiot 

 

 

Cattleya Alma Kee primée DSC 9891

Cattleya Alma Kee, qui m'a rapporté un deuxième prix dans sa catégorie lors du dernier show de Taiping. 

© Gérard Petiot 


Bulbophylum DSC 5881   Celle-ci est une rescapée, tombée d'un arbre du Lake Garden de Taiping qui avait perdu une branche lors d'un orage. C'est une espèce botanique commune, mais   qui ne manque pas de charme : Bulbophylum. On ne voit pas ses fines racines cachées sous la mousse. Je l'ai installée sur un bout de bois et elle très heureuse avec moi, la preuve...                        

 © Gérard Petiot 

      .......................................................................................................................................

      P.S. Désolé pour les défauts de mise en page, images et texte. Overblog c'est pas Quark XPress...  

 

 

 

 


 

michele chevallier 29/07/2012 15:22


Ok j'arrive un peu tard, Gérard.. Ton article est bien présenté et elles sont passionnantes tes épiphytes. Et on ne connait pas du tout  ce genre chez nous.. Je comprends ta beauceronne qui
insistait pour  mettre du terreau...  et ce bulbophylum ! quelle grâce sur ce fond gris ... tu sais y faire !  tu leur parles aussi ? j'en suis sûre ..  quand même
étrange  mais ... beau . Tu es très fort , je crois que j'ai bien compris :  ce ne sont pas des parasites ... alors  ?  tout est dans l'atmosphère ?? Une élève bien
appliquée devant monsieur le professeur Gégé. minouche