CéKoiSulaFoto ??? 12

12 Août 2010, 17:04  -  #CéKoiSulaFoto

  OBJET N° 12

   CKOA   

Que porte ce cavalier ?

Il faut le nom exact de l' objet, à quoi servait-il ?

et où était-il utilisé ?

 

Christian Moreau

 

 

 

 

 

Jacques Masse 15/08/2010 09:50



 


Merci Christian !


Au moins, on est certain d'enrichir notre culture lorsqu'on te fréquente. . . Toujours prêt à « éclairer notre lanterne » !



Ph 15/08/2010 11:36



Oui grand merci Christian, avec cette enigme lumineuse tu as le record des commentaires (19) , et bravo à Gérard qui une nouvelle fois à été le premier à trouver.


 



Gérard 15/08/2010 01:42



Ouais! Bingo! J'ai encore gagné une tringle à rideaux... 


J'observe que l'orthographe de ce mot "fallot" ou "falot" n'est pas bien définie. Quant à son sens, s'il est écrit avec un seul "L" il  peut aussi signifier "pâle, éteint, terne,
inconsistant, effacé, insignifiant".


En tout cas, merci à Christian qui nous a donné l'occasion de secouer un peu nos méninges sur un sujet de toute beauté, car cette statue équestre est magnifique; Cela me fera un but de promenade
à l'Hôtel de Ville le mois prochain, à l'occasion d'une incursion au rayon bricolage du BHV que je ne manque jamais de faire quand je passe à Paris.



Christian 14/08/2010 19:34



Bravo Gérard, ta perspicacité a enfin payé. Il s'agit bien d'un "PORTE-FALOT". Cette photographie a été prise mercredi dernier à l'hôtel de ville de Paris. Cette très belle statue équestre
d'Emmanuel Frémiret se trouve au pied de l'escalier d'honneur et, pour la petite histoire:


Au dix septième siècle, les veilleurs de nuit avaient pris le titre de porte-falots.
On les trouvait autour du Louvre, dans les principaux carrefours, sur les places. Moyennant cinq sols, ils vous escortaient un quart d' heure durant, à la lueur obligeante de leur flambeau de
cire. En guise de montre, ils avaient à la ceinture un sablier. Voulait-on ne payer que trois sols, on réquisitionnait un simple porte-lanternes dont la lampe à huile éclairait plus modestement,
avec six gros lumignons. On pouvait même ne rien payer du tout, si l' on réussissait à suivre les personnes fortunées qui s' offraient ainsi porte-falots ou porte-lanternes (Ernest Laut Le Petit
Journal illustré du 14 avril 1907).


Voilà, en espérant que vous ne m'en voudrez pas trop de vous avoir fait plancher sur cette enigme.



Gérard 14/08/2010 18:24



Allez, encore une tentative avant d'aller au lit, il est minuit passé ici.


Le gentil jeune homme sur son cheval serait un porte-fallots et il fallait le rémunérer pour obtenir ses services.


Pour plus de détails, je laisse parler Christian...


Et maintenant bonne nuit.



Christian 14/08/2010 16:38



Oui, oui, y'a pas tout sur internet ! mais elle est bien d'emmanuel Fremiret, je confirme.


Ca patauge mes enfants ... et pourtant pour 5 soles vous auriez pu demander son service ...



Christian 14/08/2010 16:05



On approche du but en tournant autour du pot. Oui mais ami(e)s il s'agit bien d'un "porteur de lumière" mais ni "Boutefeu" ni "Eclaireur du Roy" ni "allumeur de réverbères" ni "Quêteur du Graal".
Bien vu Minouche il était aux ordres du préfet de Police de Paris comme on peut le voir sur son plastron. Posons nous la question: pourquoi un cavalier muni d'un éclairage se balladait-il dans
les rues de Paris la nuit ? La fonction de ce cavalier existait encore au XVIII)s comme en témoigne l'article d'Ernest Laut que vous pouvez lire dans "Le Petit Journal Illustr&é du 14 avril
1907", si vous avez pensé à le conserver ...


On doit cette statue à Emmanuel F... (1824-1910), neveu de Rude, plus connu pour sa statue dorée de Jeanne d'Arc à Paris. Cela devrait vous aider mes amis !



Ph 14/08/2010 16:27



J'ai trouvé des tas de scluptures à cheval d'Emmanuel Fremiet, et des éléphants, mais pas le cavalier de Cricri.



michèle chevallier 14/08/2010 14:51


ce cavalier apporte la lumière sur ... une horloge ? ça a rapport au temps qui passe ... (le sablier) et il est aux ordres du préfet de... Paris voir le symbole de la nef sur son torse..encore la
gnomonique de Christian !! il remet la grande horloge à l'heure mais à minuit ... bon je délire, rien de bon ? pourtant on approche du ruc . Hein ? Christian ?


Gérard 14/08/2010 10:45



Des quêteurs du Graal?



Christian 14/08/2010 10:02



Oui Jacques, c'est bien vu mais, ce n'est pas la bonne réponse. Qui d'autre pouvait bien porter lumière ?



Jacques Masse 14/08/2010 09:29



 


Ce cavalier est en quelque sorte l’ancêtre des allumeurs de réverbères.


A la fin du XVIII ème siècle certaines rues de Paris ainsi que les places et monuments étaient éclairés la nuit ; sans doute par des torches, lampes ou lanternes. Il fallait donc bien des hommes
pour allumer tous ces fanaux. J'imagine que cette lance, allumée à son sommet pouvait s'appeler « Porte flamme » ou quelque chose du genre.


Si ma réponse n'est pas exacte, avouez qu'elle est cependant très vraisemblable!



Gérard 14/08/2010 02:25



Afin d'être fair play, je laisse passer 6 heures avant de continuer pour compenser l'avantage que me donne le décalage horaire sur les autres investigateurs, à qui je demande de ne pas me laisser
seul à patauger dans cette énigme. En outre, voici un lien intéressant à consulter:


http://admi.net/jo/12messidor_anVIII.html


 



Christian 13/08/2010 22:46



Pour la torche éclairante, tu as tout à fait raison, mais elle a un nom bien précis et la fonction de cet homme, de ce cavalier, était également une fonction bien précise, ni Boutefeu ni
devançant le passage du roi. Mais comme tu brûles Gérard, tu ne vas pas tarder à trouver et sâches qu'en plus de sa lance, au bout de laquelle se trouvait la chose à trouver, notre cavalier avait
à la ceinture un sablier en guise de montre...



Gérard 13/08/2010 13:49



J'ajoute qu'il éclairait les rues de Paris sur le passage du roi.



Gérard 13/08/2010 11:32



Je tente une autre réponse: L'engin fixé en bout de lance est une torche éclairante.



Christian 13/08/2010 11:18



Cavalier plus de parade que guerrier ...


Indice: En regardant de près le costume de cavalier il est très façile de voir où il sévissait ...


Un arrêté du 12 messidor de l'an VIII détermine que ce cavalier dépend du préfet de police ...


Allez, on continue à chercher !











Gérard 13/08/2010 11:01



J'ai envoyé à Philippe une gravure montrant un cavalier opérant avec cet engin avec la légende: "Medieval fire-armed horseman". 


 Il va peut-être la passer dans le blog?



PP 13/08/2010 22:14


La photo est en ligne


michèle chevallier 13/08/2010 10:25



très fort Gérard... mais pas ça , dommage . ai-je le droit de poser une question au schmilblic  " accroche t'on quelquechose au bout de cette lance ?  et ce cavalier est-il un
guerrier ou un cavalier de parade ?   drôle de coiffe ... bizarre je cherche...  mais Christian donne nous quelques indices   Minouche



Christian 13/08/2010 09:17



BOUTEFEU: Étymologie, Vient de l’ancien verbe français bouter
(« mettre ») et de feu.


Non Gérard cela n'est pas un boutefeu.



Gérard 13/08/2010 05:55



Les Anglais appelleraient ce cavalier un  "Medieval Fire-Armed Horseman" et l'engin porté serait donc un  genre de boute-feu.