433.000 euros pour un Cartier-Bresson

7 Décembre 2011, 22:30  -  #Actualités 2011

         hcb st lazarre
 "Derrière la gare Saint-Lazare, Paris, 1932"  © Henri Cartier Bresson
     

Le record n'était pas inespéré. Un tirage original de Derrière la gare Saint-Lazare, Paris, 1932 de Henri Cartier-Bresson, effectué par le photographe défunt en 1946 alors qu'il préparait une exposition au MoMA de New York, a atteint 433 000 euros chez Christie's, le vendredi 12 novembre. L'œuvre était la tête d'affiche de deux jours de ventes qui comptaient de nombreux tirages uniques de Cartier-Bresson et Irving Penn, profitant de l'engouement saisonnier de Paris pour la photographie pour dépasser aisément leurs estimations.

Cinq enchérisseurs se sont disputés Derrière la gare Saint-Lazare, l'un des premiers tirages argentiques du grand photographe, poussant son prix bien au-dessus de l'estimation comprise entre 120 000 et 180 000 euros. L'heureux acquéreur désirait rester anonyme, enchérissant par téléphone.

La vente de 100 épreuves photographiques provenant de la Fondation Henri Cartier-Bresson - et alors approuvées par le photographe lui-même - a totalisé 1 781 828 euros, surpassant l'estimation de 1,4 millions d'euros. Les recettes permettront à la Fondation, établie par Cartier-Bresson et gérée par ses héritiers, de se loger moins à l'étroit, déménageant vers le centre de Paris depuis ses locaux à Montparnasse. « La nécessité d’un déménagement s’impose. Ce sera l’occasion de donner également plus d’ampleur à l’accueil, à la librairie et de créer un véritable espace de projection. Le produit de la vente nous aidera à faire ce pas et aussi à améliorer le fonds par l’acquisition d’œuvres que la Fondation HCB ne possède pas, » a déclaré Martine Franck-Cartier Bresson, présidente de la Fondation. Elle chercherait quelques 600 à 700 mètres carrés dans le Marais, aussi près du Centre Pompidou que possible.

Parmi d'autres œuvres importantes de la vente, trois tirages ont franchi le seuil des 70 000 euros. Le portrait flou de Alberto Giacometti préparant son exposition à la Galerie Maeght en 1961, figeant le grand sculpteur en plein mouvement et dans une posture proche de celle de son Homme Qui Marche, a atteint 75 400 euros après être estimé entre 15 000 et 20 000 euros - un beau résultat pour un tirage tardif de 1999. L'acquéreur était un collectionneur européen. Un tirage 1957 du Couronnement du roi George VI, Trafalgar Square, Londres, 12 mai 1937 a été adjugé pour 70 600 euros (est. €30 000 - 50 000) et le même prix a été atteint par l'image de voyage Srinagar, Cachemire, Inde, 1948, dans un tirage des années 1950 ou 1960 (est. €20 000 - 30 000). La majorité des acheteurs étaient des collectionneurs européens - mais un aficionado asiatique s'est aussi emparé du Ubud, Bali, Indonesie, 1949, en tirage 1957, pour 63 400 euros (est. €30 000 - 50 000).

Samedi, c'était au tour de Irving Penn, dont Christie's présentait un ensemble de 51 photographies provenant d'une collection française. Totalisant 2 108 725 euros pour 100 pour-cent de vendus, la vente n'a pas fait de records - mais bien un numéro deux par prix, avec Woman in Moroccan Palace (Lisa Fonssagrives-Penn) de 1951 atteignant 361 000 euros après une estimation entre 200 000 et 300 000 euros. Le record de Penn aux enchères demeure alors celui de Cuzco Children (1948), vendu 529 000 dollars chez Christie's New York en avril 2008.

Trois tirages de Penn ont franchi les 100 000 euros, avec un exemplaire 1979 de Harlequin Dress (Lisa Fonssagrives-Penn) atteignant 265 000 euros (est. €200 000 - 300 000) et Poppy, Glowing Embers, New York 1968, en tirage de 1989, rapportant 193 000 euros (est. €70 000 - 100 000).

La vente générale chez Christie's a vu un record pour une œuvre de François-Marie Banier, établi par l'immense La chambre de Picasso à Vauvenargues (2007), vendu pour 67 000 euros (est. €20 000 - 30 000) à un collectionneur américain. Ses compatriotes se sont d'ailleurs bien intéressés aux photographes de leur pays, s'emparant d'une Marilyn Monroe de Richard Avedon pour 61 000 euros, de la Nude (Madonna) de Lee Friedlander pour 56 200 euros et de plusieurs œuvres de Peter Beard. Le Hunting Cheetahs on the Taru Desert, Kenya, 1960 de ce dernier - un collage d'un tirage argentique avec de l'encre et du sang - a atteint le double de son estimation haute, trouvant un acquéreur européen pour 127 000 euros. (source site Artinfo France)

Christian 09/12/2011 23:13


Ca laisse rêveur ... j'ai, personnellement pas mal de livres des oeuvres de HCB, j'aime bcp.


Quand à François-Marie Banier, je pense qu'il aurait eu moins de chance avec un portrait de Mme L. B. (cette reflexion n'engage que son auteur).